Featured Santé

L’ONUSIDA veut mettre fin à la pandémie!

Comme l’a bien dit Ban Ki-moon : les dirigeants de la planète se sont tous engagés à venir à bout du Sida d’ici à 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable qu’ils ont adoptés en septembre dernier.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, cet engagement illustre le pouvoir de la solidarité, qui a su faire naître, d’un mal destructeur, un des mouvements les plus fédérateurs de l’histoire moderne. Ainsi, l’ONU SIDA a adopté une stratégie de « Réponse Rapide » appelée « 90-90-90 » pout mettre définitivement fin à cette pandémie en RDC. Cette stratégie accélérée sur la riposte au VIH intègre des objectifs concrets, ambitieux et réalisables pour mettre fin à la maladie d’ici 2030.

Cette stratégie inclut 7 points fondamentaux, à savoir :
– Des investissements anticipés ;
– Mettre l’accent sur les lieux ; les personnes et les programmes qui ont le plus grand impact ;
– Catalyser l’innovation pour les personnes qui en ont le plus besoin ;
– Impliquer le leadership local pour des réponses ciblées, durables et responsables ;
– Créer de nouveaux partenariats ;
– Rester fermer sur les droits de l’homme ;
– Fournir des résultats qui ne laissent personne derrière.

Selon le Directeur Exécutif de l’ONUSIDA, cette stratégie de Réponse-Rapide va changer la vie de millions de personnes à travers le monde. Dans son message à l’occasion de la Journée mondiale Sida 2015 ; Michel Sidibé s’est exprimé en ce termes :
Dans le cadre des Objectifs de développement durable, la communauté mondiale s’est engagée à mettre fin à l’épidémie de Sida à l’horizon 2030. Cet objectif ambitieux mais tout à fait réalisable offre une opportunité inégalée pour changer à jamais le cours de l’histoire, ce que notre génération doit faire pour les générations à venir. Aujourd’hui, nous vivons dans des communautés fragiles dans lesquelles des inégalités peuvent subsister lorsque des personnes dans le besoin n’ont pas accès aux services essentiels. Pour modifier cette dynamique, nous devons accélérer le rythme de notre action. Nous savons qu’un renforcement des services locaux permettra d’atteindre les populations clés et favorisera ainsi l’émergence de sociétés en meilleure santé et plus résilientes.

L’étape actuelle de la riposte au sida est captivante car nous mettons en place la dynamique qui permettra à chacun de connaître un avenir durable, équitable et en bonne santé.

La bonne nouvelle est que nous disposons aujourd’hui de tout ce qui est nécessaire pour briser l’épidémie et empêcher sa résurgence pour prévenir un nombre substantiellement plus important de nouvelles infections à VIH et de décès liés au sida, et pour éliminer la stigmatisation et la discrimination liées au VIH.

Nous avons déjà réussi à fournir un traitement vital à 15,8 millions de personnes. En outre, nous sommes de plus en plus capables d’affiner nos efforts et d’atteindre avec plus de précision des personnes qui seraient autrement laissées pour compte. En ciblant ainsi les lieux et les populations, les pays peuvent répartir les initiatives afin d’améliorer l’accès.

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, les pays mettent en oeuvre la Stratégie d’accélération de l’ONUSIDA et, avec des investissements engagés dès le départ, nous pouvons espérer combler plus rapidement les lacunes souffrent les services essentiels. Ainsi, les ressources permettent d’en faire plus pour atteindre un plus grand nombre de personnes et changer leur vie.

A lire aussi